Nouvelles

Tout sur Savitas QR.

Si vous ne vous armez pas, vous devrez fermer à nouveau votre entreprise plus tard.

Notre PDG, Alexander Carpentier, a été interviewé par le principal quotidien économique belge, De Tijd, dans le cadre de leur série "Entreprendre en temps de Corona". L’essentiel est simple : si vous ne vous préparez pas, vous ou votre entreprise, à une nouvelle vague, vous devrez fermer boutique.
29 juillet 2020

La start-up de données Esoptra de Herentals n'a guère confiance dans l'application nationale de suivi des contacts. Le PDG Alexander Carpentier a lancé sa propre application pour les entreprises.

Alexander Carpentier qualifie la manière dont le gouvernement belge s'attaque à la recherche des contacts pour détecter les infections coronariennes de "catastrophe ferroviaire que vous avez vue venir de loin". Dès le début, il était clair que les contacts des patients infectés seraient tracés via une application et avec des connexions Bluetooth, alors qu'il existe des moyens bien plus efficaces", explique le PDG de la société Esoptra de Herentals. Une application est très sensible à la vie privée et les inventeurs du bluetooth eux-mêmes disent que cette technologie n'est pas adaptée à la cartographie des contacts physiques de quelqu'un. Si une personne est assise dans la pièce à côté de vous avec son téléphone portable, elle est enregistrée comme un contact proche, même s'il y a un mur entre eux".

Dans cette optique, Esoptra a développé sa propre application avec laquelle les entreprises peuvent organiser la recherche anonyme de contacts sur le lieu de travail. Esoptra a développé l'application Savitas, qui utilise des codes QR. Lorsque quelqu'un s'approche de la machine à café, monte dans l'ascenseur ou entre dans une salle de réunion, il peut scanner un autocollant QR avec son téléphone. Un journal de bord numérique de l'endroit où cette personne s'est enregistrée est ensuite stocké sur le smartphone. Ces données ne sont pas échangées. Ce n'est que lorsqu'une personne est infectée par la corona qu'elle peut choisir de signaler les données de son journal de bord de manière anonyme. Une personne qui s'est enregistrée en même temps que cette personne au même endroit recevra un avertissement.

Les gens ne sont pas automatiquement informés s'ils sont entrés en contact avec une personne infectée. Ce n'est que lorsqu'une personne demande son statut ou scanne un code QR qu'elle voit s'il y a eu un contact à risque", explique M. Carpentier. C'est ainsi que les gens gardent la clé entre leurs mains. Il n’y a pas d’application ou d’employeur qui conserve des informations à leur sujet. L'intention, cependant, est qu'il y ait un changement de culture. S'enregistrer au début d'une réunion devrait devenir aussi normal que de se serrer la main avant".

Enregistrement de l'hospitalité

Esoptra a lancé la recherche anonyme de contacts avec la société d'inspection Vinçotte. Elle compte déjà une vingtaine d'entreprises parmi ses clients et plus de 11 000 autocollants QR en circulation. Lorsque l'enregistrement pour une visite d'accueil est devenu obligatoire la semaine dernière, Esoptra a également lancé une application à cet effet. La chaîne de restauration Le Pain Quotidien, entre autres, l'utilise. Quiconque vient manger ou boire quelque chose peut scanner un code QR et reçoit automatiquement le formulaire pour laisser les informations demandées.

Ce n'est pas une période évidente pour nous et nous travaillons plus dur que jamais", déclare M. Carpentier. Mais c'est aussi le moment où nous pouvons nous montrer aux nouveaux clients. Maintenant que le feu se rallume, les employeurs se rendent compte qu'ils ne doivent pas attendre pour installer des extincteurs. De nouvelles vagues vont continuer à déferler, et ceux qui ne s'arment pas risquent de devoir fermer à nouveau".

Si vous avez un abonnement, vous pouvez lire l'article original (en flamand) sur https://www.tijd.be/dossiers/ondernemen-in-coronatijden/wie-zich-niet-wapent-moet-straks-weer-dicht/10241680.html ou vous pouvez télécharger le PDF ci-dessous.

Télécharger :

Plus d'informations